Sweetsounds

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, octobre 12 2011

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHH !

lundi, octobre 10 2011

2080 - My Megadrive

Salut les jeunes,

Aujourd'hui, un peu d'électro ! 2080, un artiste français adepte du retro-gaming dont je n'avais, jusqu'ici, jamais entendu parler, nous livre une lettre d'amour passionnée à sa Megadrive. En tant que gros geek nostalgique de l'époque bénie des consoles 8 et 16 bits, je ne pouvais que tomber sous le charme. Cela dit, plus que les sonorités retro du morceau, c'est surtout le clip qui a touché la corde sensible. Sorte d'ode à la 2D et au gros pixel, la vidéo nous faire suivre les aventures de 2080 parti à la poursuite du méchant monsieur qui a volé sa console. Le tout étant, pour votre plus grand plaisir, truffé de références vidéo-ludiques d'un autre temps. Et ça, c'est Trololol \m/

Un petit plaisir coupable donc, à réserver à tous ceux qui, il y a 15 ans, préféraient passer leur samedi à sauter sur la tête du docteur Robotnik (ou Eggman, pour les anglophiles précoces) plutôt que de découvrir la vie dans la moiteur d'un cagibi, la langue coincée dans un appareil dentaire et la main sur un bonnet 75A ...

J'oubliais, le titre s'appelle ... My Megadrive ;)

++

PS. Le Myspace, pour en écouter un peu plus.

mercredi, septembre 7 2011

Primus - Green naugahyde

Salut les jeunes,

On avait déjà parlé ici de Primus et de sa tournée actuelle. Ce que l'on avait en revanche pas dit c'est que cette tournée annonçait un futur album à paraitre le 13 septembre (mais à l'origine prévu pour juin) et répondant au doux nom de Green naugahyde. Un titre un brin ésotérique pour moi puisque j'ignore ce que peut être un naugahyde. Visiblement, ça peut être vert.

Le disque devrait contenir les titres suivants (dont nous avons eu, pour partie, la primeur lors de leur passage à la Cigale en juin dernier) :

  1. Prelude to a crawl
  2. Hennepin crawler
  3. Last salmon man
  4. Eternal consumption engine
  5. Tragedy’s a’ comin’
  6. Eyes of the squirrel
  7. Jilly’s on smack
  8. Lee Van Cleef
  9. Moron TV
  10. Green ranger
  11. HOINFODAMAN
  12. Extinction burst
  13. Salmon men

Tragedy's a' comin' est le premier single tiré de l'album et est disponible à l'écoute chez Spin depuis le 17 août.

J'attendais cet album avec peu d'inquiétude tant les nouveaux titres m'avaient déçus en live. Il faut dire, que de l'aveu même de Les Claypool, certaines de ces nouvelles compo sont plus sombres et mélancoliques que ce que le groupe a l'habitude de produire. Autant dire qu'on était loin de la folie qui ont fait le succès du groupe et que je m'attendais à retrouver sur scène !

Sur disque, et étant maintenant prévenu, mes attentes étaient différentes. Pourtant l'impression est globalement la même : Mouais. Ça me fait un peu mal aux fesses de dire ça mais, même si quelques titres sortent un peu du lot et sauvent l'affaire (Hennepin crawler, Tragedy's a' comin' et Moron TV en tête), l'ensemble est un peu fade à mon gout. Pire, l'ambiance morose qui s'en dégage finit par être vraiment lassante et répétitive. Alors non, je ne dis pas que c'est un mauvais album. C'est juste que ce n'est pas un bon très album de Primus ...

L'album n'est pas encore sorti mais il est déjà disponible depuis longtemps chez tous vos disquaires illégaux. Si l'HADOPI vous fait peur, vous pouvez toujours vous faire votre avis grâce à cette playlist YouTube contenant toutes les pistes de l'album. Attention cependant, elles ne sont pas forcément dans le bon ordre.

++

Edit : L'album est maintenant disponible en streaming et en intégralité sur la page Facebook de South park

vendredi, septembre 2 2011

Sick of it all à la Maroquinerie

Salut les jeunes,

Aujourd'hui une grosse écurie en concert : Sick of it all !

Après Madball le 12 juillet au Nouveau casino et Agnostic front à la Maroquinerie le 21 du même mois, c'est donc une troisième légende du hardcore new-yorkais qui va prendre possession d'une scène parisienne et plus précisément, encore une fois, de la Maroquinerie. Cela se passe le 25 octobre (soit le même soir que Maybeshewill à Glazart) et tout ça pour la modique somme de 25€. Petit bémol cependant, c'est un mardi soir. Prévoyez donc d'être en retard au boulot mercredi ;)

La date n'est pas encore officiellement listée sur le site du groupe mais gageons que ça ne saurait tarder !

Pour l'avoir vécu avec Agnostic front, je ne suis pas sûr que la configuration de cette (très bonne) salle soit vraiment adaptée à ce type de musique et de public. Je compterai les dents restées sur les marches délimitant la toute petite fosse à la fin du concert pour vérifier si je suis vraiment mauvaise langue ...

++

PS. Pour les incultes, Sick of it all c'est ça.

PPS. Let's celebrate that we don't give a fuck !

mardi, juin 28 2011

Maybeshewill

Salut les jeunes,

Aujourd'hui on va parler de mon nouveau coup de cœur du moment, les Maybeshewill. Un nom un peu obscur, merci d'en convenir. Mais ça tombe plutôt bien puisque, d'après les membres du groupe, il n'y a aucun sens à y chercher ... Le plus important restant le son, parlons en justement !

Loin des habituels clichés de la pop anglaise qui nous arrivent régulièrement d'outre-manche et qui commencent sérieusement à tourner en boucle, ce tout jeune groupe (2005) délivre ce qu'ils décrivent comme du rock instrumental teinté d'électronique. Alors oui, avec ça vous êtes bien avancés ... Pour ma part je tenterai de décrire la chose comme étant une sorte de (post-)rock aux arrangements électro-symphoniques. Oui, vous avez bien lu, SYMPHONIQUES ! Mais ne vous inquiétez pas, on est encore loin d'Epica ;)

Je dois dire que ce qui m'a le plus bluffé ce sont les ambiances que ces gaillards sont capables de poser en alternant grosses guitares et passages vraiment aériens où se mêlent piano, violons et autres machines, le tout souvent accompagné de dialogues samplés. Alors oui, c'est sûr, c'est souvent très mélancolique, voire carrément perturbant pour certains titres, mais bien souvent carrément magnifique.

Pour le moment j'accroche tout particulièrement à l'album Not for want of trying, paru en 2008.

  1. Ixnay on the autoplay
  2. Seraphim & cherubim
  3. The Paris Hilton sex tape
  4. I'm in Awe, Amadeus!
  5. We called for an ambulance but a fire engine came
  6. Heartflusters
  7. C.N.T.R.C.K.T.
  8. He films the clouds, pt. 2
  9. Not for want of trying
  10. Takotsubo

Premier bon point, la couverture de touuuute beauté. Ensuite, niveau son, pas grand chose à jeter. Je mettrais tout de même un peu de coté la piste numéro 6, Heartlusters, qui n'a juste rien, mais alors RIEN à voir avec le reste de l'album. Tant et si bien que j'ai d'abord cru que le morceau n'était pas le bon en écoutant l'album sur Lastfm et Grooveshark ! Alors que tout le reste est plutôt instrumental (hormis bien sûr les samples de films et quelques passages chantés, sur He films the clouds, pt. 2 notamment), on se retrouve ici avec une espèce de voix sortie tout droit des années 80. Peut-être une sorte d'hommage à Duran duran ... :D C'est d'autant plus d'hommage que l'instru est encore une fois de qualité. Je ne sais pas vraiment ce qui nous vaut cette erreur de casting évidente mais c'est clairement la seule fausse note de l'album.

Je parlais tout à l'heure de morceaux perturbants, tentez-vous justement le morceau titre au casque, juste pour voir.

Et comme en ce moment on est plutôt gâtés, le groupe part en tournée en fin d'année, dans l'optique de promouvoir leur tout nouveau et troisième album studio, I was here for a moment, then I was gone, sorti le mois dernier. Ils poseront leurs instruments sur la scène du Glazart le mardi 25 octobre 2011.

Pour finir, voici de quoi cliquer comme des fous :

++

jeudi, juin 23 2011

Flogging Molly : Sur disque et sur scène

Salut les jeunes,

Aujourd'hui, deux bonnes nouvelles pour les fans de Flogging Molly que vous êtes !

Tout d'abord, un nouvel album, à coté duquel j'étais complètement passé et qui date maintenant d'environ un mois. Il s'agit de leur cinquième album studio et comporte douze pistes, pour un peu moins de 45 minutes.

  1. Speed of darkness
  2. Revolution
  3. The heart of the sea
  4. Don't shut 'em down
  5. The power's out
  6. So sail on
  7. Saints & sinners
  8. This present state of grace
  9. The cradle of humankind
  10. Oliver boy (all of our boys)
  11. A prayer for me in silence
  12. Rise up

Flogging Molly s'illustrant, habituellement, dans un esprit relativement proche de celui des Dropkick Murphys (avec un son toutefois nettement moins électrique et plus folk), je me jetai bien évidemment sur ce nouvel opus comme un mort de faim ! Et je dois dire que la première écoute m'a beaucoup déçu. Le coté festif et celtique (Drunken lullabies, tout était dit !) qui fait que je suis le groupe depuis de nombreuses années maintenant se fait très discret. Le tout sonne un peu comme un punk rock propre et un brin mélancolique. Alors oui, il reste bien encore quelques hymnes pour irlandais alcooliques (Oliver boy (all of our boys)) mais le reste laisse clairement sur sa faim. L'album se fait d'ailleurs un peu tailler par la presse musicale qui estime que le groupe aurait vieilli plus vite que son publique. Cela dit, au fil des écoutes, le disque se laisse finalement apprécier et on finit par y revenir avec plaisir (léger). Après tout, moi aussi je vieillis ...

La seconde nouvelle est que cet album va s'accompagner d'une tournée digne de ce nom et d'une date parisienne au Bataclan. Samedi 26 novembre 2011 à 19h30, vous avez encore le temps de penser à prendre vos billets (et de vous inscrire sur la page Lastfm du concert) ! Pas de première partie annoncée pour l'instant, le concert ne figurant pas encore dans la liste des dates du site officiel (!) 8O On peut quand même imaginer que le Bataclan ne balance pas des dates au hasard à la Wayne's world (''Suffit de les engager et ils viendront'').

De quoi vous cultivez les yeux et les oreilles en attendant :

++

jeudi, juin 16 2011

Un album posthume pour Rory Gallagher

Salut les jeunes,

Il y a de cela quelques jours, le 14 juin pour être précis, nous commémorions le 16e anniversaire de la disparition de Rory Gallagher (je vous laisse faire le calcul).

Première question : Qui est (était) Rory Gallagher ?

Si vous ne connaissez pas la réponse à cette question, vous n'êtes sûrement pas digne d'être mon ami et je vous déteste. A moins bien sûr de savoir faire des trucs cool avec votre bouche, auquel cas je suis prêt à revoir mon jugement. Et donc, pour en revenir à votre interrogation première, le monsieur n'est ni plus ni moins qu'un des plus grands musicien/guitariste/compositeur/interprète de tous les temps. Il s'agit bien sûr d'une opinion personnelle mais, comme toujours, j'assume que mon avis prédomine sur tout. C'est un peu, pour ceux que ma vie intéresse toujours, celui qui m'a fait tomber dans le blues. Car oui, ici on parle bien de blues. De blues rock pour être plus précis, même si son œuvre ne se limite pas à ça (j'en veux pour preuve l'excellentissime I'm not awake yet qui ouvre l'album Deuce de 1971 et qui tend carrément vers la folk ainsi que le jazzy They don't make them like you anymore sur le Tattoo de 1973). Il fait partie des deux ou trois seuls guitaristes qui arrivent à me rendre tout dur et en remontrait carrément à n'importe quel guitar-hero relou et branleur ! Et je le clame haut et fort, pour moi, Rory tabasse Clapton tranquillou et c'est clairement à lui que revient le sobriquet de God. Clapton se réclamant également bluesman, le son de Gallagher est de loin le plus couillu et il n'y a pas de comparaison possible au niveau de l'énergie et de l'émotion qui peut ressortir de leur musique respective. Le blues ça doit sentir la sueur ! Et puis Rory c'était un vrai mec, un putain d'irlandais comme on les aime. Et ça, ça n'a pas de prix.

Une petite anecdote au passage pour vous la raconter en soirée (parce que ça fait toujours bien de dénigrer ce que tout le monde aime) : Un journaliste (car oui, c'est clairement une question "rédigée" par un journaliste) demanda un jour à Jimi Hendrix ce que cela faisait d'être le plus grand guitariste du monde. Et celui-ci de répondre : "Je n'en sais rien, allez demander à Rory Gallagher". Si ça c'est pas la classe...

Seconde question : Pourquoi je vous en parle ?

Parce que c'est cette date qu'a choisi son manager de frère (Donal de son prénom) pour sortir ce double album posthume qu'est Notes from San Fransisco.

Un double album donc avec un disque dédié à un album studio inédit et un second consacré, lui, à un live, inédit également.

Les titres du premier CD sont issus d'une séance d'enregistrement de 77-78 dans un studio de San Fransisco (d'où le titre). Gallagher, trouvant le processus de mixage trop compliqué (sic) abandonna l'idée de sortir l'album et dissout son groupe d'alors. Si le projet avait été mené à bien, cela nous aurait placé cet opus entre son Calling card de 1976 et le Photo finish de 1978. Rory aurait un jour dit vouloir voir ces titres paraitre mais seulement au prix d'un remixage préalable. C'est aujourd'hui chose faite puisque le tout est d'abord passé entre les mains du frère de son manager i.e. son neveu pour ceux qui ne suivent pas. Il ne s'agit en fait pas uniquement de titres totalement inédits puisqu'on y retrouve également des "nouvelles" versions de certains morceaux présents sur d'autres albums, comme B girl qui deviendra plus tard le Public enemy no. 1 de Top priority (1979).

  1. Rue the day
  2. Persuasion
  3. B girl
  4. Mississippi sheiks
  5. Wheels within wheels
  6. Overnight bag
  7. Cruise on out
  8. Brute force & ignorance
  9. Fuel to the fire

Plus, pour la version limitée :

  1. Wheels within wheels (alternative version)
  2. Cut a dash
  3. Out on the tiles

Le live du deuxième CD restitue, du moins en partie, une série de 4 concerts donnés au Old waldorf, toujours à San Fransisco (le titre est décidément bien trouvé !) en décembre 1979. L'idée était ici de mettre en valeur la raison pour laquelle l'album studio a été avorté : le groupe est réduit à trois acteurs et le son est plus brut, peut-être moins fouillé mais plein d'énergie. L'artiste cherchait à revenir à plus de "simplicité" et c'est ce qu'il ne trouvait pas lors de ce fameux enregistrement. La légende veut que cette envie soit en partie due à la claque qu'il aurait prise en assistant, toujours pendant l'enregistrement de l'album jusqu'ici inédit, à un concert des Sex pistols au Winterland ballroom (devinez où ...) Il est vrai que question simplicité, on peut difficilement faire mieux que le son des Pistols :D

  1. Follow me
  2. Shinkicker
  3. Off the handle
  4. Bought and sold
  5. I'm leavin'
  6. Tattoo'd lady
  7. Do you read me
  8. Country mile
  9. Shadow play
  10. Bullfrog blues
  11. Sea cruise

Aussi intéressant que soit le premier disque, c'est souvent en live que le son de Rory (car oui, on se connaissait bien, je l'appelle donc par son prénom) prend toute sa saveur. Le moindre de ses lives est donc à chérir et vénérer.

Et pour fini, les traditionnels liens que tout le monde aime :

Si ça intéresse quelqu'un, j'ai l'original à disposition. Enfin je l'ai acheté quoi ...

++

PS. Pour les pèlerins, sachez qu'il existe une rue Rory Gallagher à Ris-Orangis. Rue dans laquelle se trouve la salle de concert Le plan, dans laquelle il joua son dernier concert.

PS 2. Pour les curieux qui ne connaissent pas encore le bonhomme, voici une très très rapide sélection de quelques titres studio à écouter (fort) avant de mourir. Je n'ai pas mis de live, sinon j'aurais du tout mettre... Bonne écoute ;)

dimanche, avril 10 2011

A perfect circle : On the road again

Salut les jeunes,

2010-07-16 Stuff
...is happening.

C'est par cette news très parlante qu'A perfect circle (actuel meilleur groupe de tous les temps encore en activité) annonçait, en fin d'année dernière, la venue prochaine d'un nouvel opus. Il semble aujourd'hui que les choses se précisent encore un peu plus puisque le groupe sera sur les routes une bonne partie de l'été. Ne rêvez pas encore trop, seules des dates américaines et canadiennes ont pour l'instant été annoncées.

Autrefois particulièrement laid, le site du groupe arbore pour l'occasion un thème plus "aquatique". Un rapport quelconque avec l'album à venir ? Malheureusement, et comme pour le design précédent, le travail a sûrement été fait par le petit cousin du producteur et le résultat est encore une fois particulièrement dégueulasse. C'est sûr que ce n'est pas le plus important mais merde, quand même ! Vous pourrez également y admirer des vidéos sans intérêt et dépassant rarement les 15 secondes comme cette "parodie" de la vidéo Double rainbow ou bien cette espèce de daube où ils filment une tarte parce que c'est trop chouette, y a le logo du groupe dessus ...

Quelques liens pour vous occuper un peu en attendant le retour de la pluie :

++

samedi, mars 12 2011

Un nouveau rage against the machine pour cet été ?

Salut les jeunes,

Nous parlions la dernière fois d'un enchainement tout à fait surnaturel de bonnes nouvelles. Eh bien (et non pas "et bien", comme je le lis encore trop souvent) figurez-vous que nous n'en sommes pas encore au bout !

En effet, dans une interview donnée à je ne sais qui, en espagnol, puis traduite, toujours par je ne sais qui, via Google translation dans un anglais approximatif, puis enfin reprise sur ce site (oui, ici on ne sort que des infos béton tirées de sources ultra-sûres), Zach de la Rocha (non, pas l'ancien joueur du FC Nantes ...), évoque la prochaine tournée du groupe en Chili (ou tournée passée, vu que l'article est daté de décembre dernier, bref on s'en fout). Tournée durant laquelle le groupe devrait livrer quelques nouvelles compos à une foule sans nul doute enivrée de tacos. Puis, plus loin vient la révélation, et je cite le site qui cite la traduction de l'article qui cite Zach :

We are all older and mature and don't fall into the same problems we faced 10 or 15 years ago. We are working on a new album due out next year, perhaps for the northern hemisphere summer," said Rocha.

Rage against the machine pourrait donc sortir un tout nouvel opus pour l'été 2011 ! Wouh, ça me fait tout chaud, là, en bas :)

Une excellente nouvelle donc pour tous les vieux comme moi qui ont été éduqués à grand coups de Killing in the name et autres Bullet in the head. Ne reste alors plus qu'à attendre et à espérer une tournée européenne. Oooh oui.

PS. Juste pour le plaisir, un petit live de Freedom. Your anger is a gift ! 8)

++

Edit : D'après Wikipedia, la source de l'info serait le journal chilien La tercera. On s'en fout hein ? :D

mardi, février 8 2011

Primus à Paris en juin 2011

Salut les jeunes,

Décidément, en ce moment, les bonnes nouvelles s'enchainent à un rythme affolant. Ça en ferait presque trop ! Pourquoi je dis ça ? Eh bien, parce que ce matin, Les Claypool m'a envoyé un mail pour me dire que lui et son groupe (Primus, pour ceux qui ne suivent pas) seraient en Europe cette année et ce, pour la première fois depuis 1998. La tournée dont nous avions déjà parlé ici se voyant ainsi greffer quelques concerts supplémentaires. Ouh ! Mon sang ne fait qu'un tour, je me jète sur les dates dans l'espoir d'en repérer une en France et soudain, je la vois, là, au milieu de la liste : 6/22 Paris, FR La Cigale.

Ô joie :)

Notez donc que Primus sera à la Cigale le mercredi 22 juin 2011 et que les places seront mises en vente ce vendredi 11 février 2011. Il y a fort à parier qu'elles ne le restent pas très longtemps ...

Pour vous faire patienter, vous pouvez toujours vous inscrire sur la page de l'évènement sur lasftm. Et non, ça ne sert à rien :D

On se verra donc dans la salle ;)

++

samedi, février 5 2011

La mort des White stripes

Salut les jeunes,

Juste un petit billet rapidos pour souligner une info que vous avez peut-être manquée cette semaine : les White stripes se sont fendus, le 2 février, d'une petite annonce signalant leur séparation.

Pas de raison particulière donnée par le groupe, si ce n'est, d'après Wikipedia, a myriad of reasons ... mostly to preserve what is beautiful and special about the band. De la merde quoi.

A dire vrai, étant donné le nombre de projets annexes de Jack White, je ne suis pas spécialement surpris et j'aurais même été étonné que le groupe soit encore d'actualité. On citera notamment The raconteurs et The dead weather pour les side projects ainsi que tout un tas d'autres travaux en tant de producteur. Mon préféré étant, même s'il date de 2001, la production de l'album Lack of communication des Von Bondies. Pourquoi mon préféré ? Parce qu'après avoir produit l'album du groupe, Jack démonta la gueule du chanteur dans un bar. Rock 'n' roll 8) Oui, je n'ai aucune raison musicale d'apprécier Jack White producteur. Je ne suis absolument pas fan de son travail et j'aimerais que quelqu'un ait un jour le courage de lui dire que le potentiomètre marqué "medium" n'est pas obligé d'être à 0 sur toutes ses chansons !

Quant à Meg White, je ne sais pas ce qu'elle peut bien faire de sa vie. J'imagine qu'il y a peu de chances pour qu'elle tabasse des gens. Pas vraiment de raison donc de suivre son actualité. Je soupçonne pourtant certains d'entre vous d'être capables d'en trouver deux ...

Même si je ne suis pas particulièrement touché par cette "disparition", je la regrette quand même puisque, d'une part j'ai beaucoup écouté et apprécié la musique de ce groupe à part, et, d'autre part, parce que ça ne nous laisse que les side projects de Jack qui sonnent tous pareil :D Un peu comme les derniers albums des Stripes d'ailleurs. Enfin ils avaient au moins le mérite d'être intègres en tant qu'artistes, ce qui, de nos jours, est de plus en plus rare et d'autant plus appréciable. Ce ne sont pas nos grosses biches de Plasticines qui me feront dire le contraire.

Si ça vous intéresse, aux dernières nouvelles, le monsieur recrutait pour monter un groupe avec ... Norah Jones. Oui, pourquoi pas ^^

++

PS : Le premier qui fait "paaa pa pa pa pa paaaa pa", je l'éclate.

samedi, janvier 29 2011

Les Dropkick Murphys annoncent un nouvel album

Salut les jeunes,

Aujourd'hui, good news everyone puis qu'il s'agit de l'annonce de la sortie du nouvel opus des Dropkick Murphys ! Le disque, prévu pour le premier mars 2011, portera le doux nom de Going out in style. Quelques détails sur cet album à venir son disponibles ici. Petit condensé :

La jaquette :

La tracklist :

  1. Hang em high
  2. Going out in style
  3. The hardest mile
  4. Cruel
  5. Memorial day
  6. Climbing a chair to bed
  7. Broken hymns
  8. Deeds not words
  9. Take em down
  10. Sunday hardcore matinee
  11. 1953
  12. Peg O' my heart
  13. The irish rover

On nous annonce également quelques featurings vocaux comme Fat Mike de NOFX (!!) (et d'autres types que je ne connais pas) sur la chanson titre, Bruce Springsteen sur Peg O' my heart et le père du batteur James Lynch (!!) sur The irish rover.

Comme ces gars sont des gens bien, ils mettent également à disposition pour nos oreilles le titre Memorial day accompagné du texte de la chanson. Chouette chouette ! C'est donc tout dur que je push play : Première écoute, petite déception tout de même :( L'ensemble parait un peu ... "mou", un peu pop gentille, à la manière de ce que pouvait être World full of hate sur Blackout. Ça ne veut pas non plus dire qu'il s'agit foncièrement d'une mauvaise chanson mais ça manque cruellement d'énergie. C'est-à-dire de ce qui fait tout le sel des Dropkick ! Espérons qu'il ne s'agisse pas d'une direction que suivra l'album dans son intégralité.

Bien évidemment, qui dit nouvel album, dit nouvelle tournée. Des dates ont ainsi été annoncées, y compris en Europe. On aura même le droit à notre concert français le 15 avril à ... Strasbourg ! 8O Pourquoi ? Pourquoiiiii ?? Tout ça pour partager l'affiche d'un festival avec Ben l'oncle soul ... T'chulé ! J'attendrai donc, fébrile, l'hypothétique annonce de nouvelles dates française.

Wait and see !

++

Edit du 1/02 : Un nouveau morceau en écoute ! Il s'agit cette fois de Hang 'em high, le premier morceau de l'album, disponible ici. Et je dois dire que ce nouveau titre me rassure au plus haut point ! Ça tabasse le bagpipe et ça fait du bien :D 'Cré nom de dieu.

Edit du 7/02 : L'album est disponible en pré-commande sur Amazon.

dimanche, décembre 19 2010

Captain Beefheart n'est plus

Salut les jeunes,

Aujourd'hui 18 décembre, je me lève (tôt, comme souvent, vers 13h), j'ai mal dormi, je sens le chacal, j'allume ma grosse machine et j'apprends, abasourdi, que le capitaine cœur de bœuf était décédé la veille ! Bon en fait j'avais les yeux trop collés pour être réellement abasourdi mais la journée commençait plutôt mal, merci d'en convenir.

Le Captain Beefheart donc, artiste à multiples facettes, responsable, avec son Magic band, de quelques albums parmi les plus ... inqualifiables qui soient :D

Les première productions du groupe sont plutôt orientées blues-rock avec, par exemple, l'excellentissime Safe as milk (1967), dont je suis totalement fan, avant d'adopter une démarche beaucoup plus expérimentale. C'est d'ailleurs dans ce cadre qu'il pondra, deux ans plus tard, ce que beaucoup considèrent comme son chef d'œuvre : Trout mask replica (1969), double album de 28 titres. Et là, il faut aimer, ce n'est pas à la portée de tout le monde. Comme je le disais, c'est expérimental. Parfois TRÈS expérimental. Faites vous votre avis. Il y a tout de même sur l'album quelques morceaux un peu plus "musicaux" si ça peut vous rassurer.

Pour info le sieur était un très bon ami de Frank Zappa et ça s'entend. C'est d'ailleurs ce dernier qui a justement produit Trout mask replica avant de le sortir sur son propre label (Straight records). Ce côté avant-gardiste (pour le peu de sens qu'a encore ce qualificatif) s'est justement développé avec leur collaboration, Zappa lui assurant une liberté artistique totale. Un bon pote je vous dis ;)

Pour le plaisir, je vous mets quelques morceaux de Safe as milk, des titres qui sentent bon le blues :

Si ça en intéresse certain(e)s et que vous ne les trouvez pas ailleurs, je peux mettre ces deux albums à disposition.

Les traditionnels petits liens qui vont bien :

Enjoy.

++

mercredi, décembre 8 2010

The black angels : un album et deux concerts

Salut les jeunes,

Comme le disait Aaron Lewis, lorsqu'il se prenait pour Kurt Cobain (ce qui est tout de même un modèle relativement moyen passé 17 ans), it's been awhile ! Par contre je ne saurais dire pourquoi ce con l'écrit en un seul mot ... A while donc que je n'avais pas, de ma verve approximative, éclaboussé le mur déjà bien encrassé des chiottes du monde de l'auto-publication.

En ces temps de pas si grosses chaleurs, j'ai pensé qu'il serait de bon ton de coller à l'air du temps et de s'abandonner à la léthargie ambiante dans une orgie noire fluo orchestrée par les Black angels.

Qui sont donc ces jeunes Texans? Sont-ils d'abord vraiment jeunes ? En fait je n'en sais rien et je m'en fous royalement. L'important c'est qu'ils font du putain de bon son bien psychédélique comme on les aime. Mais attention, pas du psyché' de vieux hippie dégueulasse qui ne met pas de chaussettes dans ses mocassins, non non non, du son froid et moderne digne d'une bande de chevelus qui auraient perdu leur illusions sur l'amour libre et leur pouvoir de changer leur monde lorsque Lennon (dont nous fêtons aujourd'hui 8 décembre l'anniversaire de la disparition) déclarait "the dream is over". De la musique planante sans être naïve. Bref, la bande originale parfaite d'un retour de soirée en RER.

Pour info, juste au passage, et parce qu'il semble tout de même que ce soit des gens bien, le groupe tire son nom d'une chanson du Velvet.

Ma préférence va à l'album Passover, leur premier, datant de 2006, qui est, à mon gout, le plus ... apte à vous nous faire décoller (qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour ne pas répéter "planant" ...) C'est un avis qui semble être partagé car il s'agit du plus populaire sur lastfm. Et c'est donc celui auquel vous aurez le droit aujourd'hui.

Passover c'est donc un total de 10 pistes pour un tout petit peu moins d'une heure (58' 43) de musique :

  1. Young men dead – 5:32
  2. The first vietnamese war – 3:30
  3. The sniper at the gates of heaven – 4:16
  4. The prodigal sun – 4:23
  5. Black grease – 4:37
  6. Manipulation – 5:49
  7. Empire – 5:35
  8. Better off alone – 3:03
  9. Bloodhounds on my trail – 3:58
  10. Call to arms – 18:06

De mon humble avis, tous ces morceaux sont autant de tueries indispensables. Et s'il fallait vous en coller une dans l'oreille pour vous donner envie, tapez vous donc Young men dead de toute urgence. Empire devrait également faire du bien par où elle passe. Ainsi que ... oh et puis merde, écoutez tout ;)

Bim, les gros liens dans vot' gueule :

Et, par ce que ce sont décidément des mecs géniaux, ils seront bientôt en tournée dans toute la France avec notamment une date à l'Olympic de Nantes le samedi 12 février 2011, précédé le vendredi d'une autre à la Cigale, à Paris donc. Les places sont à, respectivement, 19€60 et 24€20.

Attention, nouvelle volée de liens :

  • La tournée sur ticketnet
  • La tournée sur lastfm (avec en bonus track les dates internationales)

Voilà, voilà ...

Et ce soir, on enjoy pas, on pleure John. Et ensuite on se suicide sur les Black angels. O'right ?

++

mardi, septembre 7 2010

Un EP en téléchargement gratuit pour How to destroy angels

Salut les jeunes,

Le groupe How to destroy angels, dont j'avais déjà parlé ici, met à disposition sur son site un premier EP en téléchargement gratuit au format MP3. Une initiative appréciable par les temps qui courent ...

La démarche est toujours la même, on se rend sur le site, on clique sur free download, on fournit une adresse mail que l'on doit ensuite valider et c'est parti.

Vous pouvez, toujours sur le site du groupe, télécharger l'album dans un format lossless de votre choix, pour 2$ dollar cette fois. Pour ce prix la vidéo du clip de The Space in Between est incluse dans 2 définitions différentes (480p et 1080p). Il est à noter qu'il est également disponible en version CD sur Amazon.fr pour un peu plus de 7€.

Les 6 titres de cet EP sont les suivants :

  1. The space in between
  2. Parasite
  3. Fur lined
  4. BBB
  5. The belivers
  6. A drowning

Après une première écoute, pas vraiment de surprise, ça ressemble, dans l'esprit, aux deux titres déjà abordés ici et qui se retrouvent en première et dernière position de la tracklist. Ces deux morceaux sont d'ailleurs pour moi les plus intéressants. La voix de Mariqueen Maandig (que vous connaissez bien maintenant ;) ) y est en effet beaucoup plus mise en avant et apporte indéniablement ce côté très mélancolique qui manque à la froideur des autres chansons.

NB. BBB signifie Big black boots. Je précise parce qu'il est facile de comprendre autre chose ...

Enjoy.

++

Eels - Spectacular girl

Salut les jeunes,

Nouvel album (depuis le 24 août) = nouveau single. Eels ne déroge pas à la règle avec son Spectacular girl extrait du tout frais Tomorrow morning. Le clip est visible en très bonne qualité ici, sur la chaîne youtube officielle du groupe.

On y apprend que certaines employées de bureau sont en fait des tueurs (tueuses ?) à gages qui butent des gens après le boulot et lisent des magasine d'armes le soir. Autre leçon à retenir : être un assassin ne met pas à l'abri de l'ennui.

La chanson est une sorte de déclaration d'amour à une femme qui, si on s'en réfère aux dires du chanteur, est drôlement chouette. Musicalement, je trouve que la construction du morceau ramène un petit peu à certaines chansons du Beautiful freak des débuts (Susan's house entre autres) ou au très enjoué Daisies of the galaxy de par sa légèreté. Le tout repose essentiellement sur une petite boite à rythmes qui tourne en boucle et sur laquelle le chanteur pose une voix calme (Il est à noter que le son du tir au fusil de sniper n'apparait sûrement pas dans la version album du morceau :D).

J'ai cependant l'impression que le clip et la chanson n'ont pour ainsi dire pas grand rapport. Le texte nous dit de cette fille qu'elle "(...) sees the beauty in things we all miss", ce qui nous ferait plutôt penser qu'il s'agit d'une femme joyeuse et enjouée alors que le personnage du clip semble visiblement se faire royalement chier dans sa vie monotone. On remarquera toutefois vers la fin de la vidéo qu'elle a une photo de E sur sa table de nuit mais il est probable qu'il ne s'agisse que d'un simple clin d'œil.

Enjoy.

++

lundi, septembre 6 2010

Une vidéo intéractive pour le We used to wait d'Arcade fire

Salut les jeunes,

Le groupe canadien Arcade fire s'est dernièrement associé à Google et au réalisateur Chris Milk (un réalisateur de clips et de publicités TV) afin de promouvoir, d'une part leur dernier single We used to wait (et donc leur nouvel album The suburbs) et, d'autre part, de mettre en avant les avancées des dernières technologies web, à savoir ici le HTML5 (disons que cette partie intéresse sûrement plus Google dans l'histoire).

Les trois acteurs du projet ont donc accouché d'une vidéo au concept très intéressant portant le nom de The Wilderness Downtown. L'idée est qu'au lancement, vous fournissez l'adresse de l'endroit où vous avez grandit et que dans toute la vidéo, ce lieu sera utilisé, afin de jouer sur votre nostalgie, via des images Google Maps et Google Street view. On suit alors un personnage qui court dans des lieux qui sont censés être ceux que vous connaissez. Des fenêtres s'ouvrent et se ferment, illustrant des points de vue différents sur la scène. C'est un peu dur à décrire donc le mieux serait de tenter l'aventure par vous même.

Pour en profiter, vous devez disposer d'un navigateur supportant parfaitement le HTML5. Autrement dit, oubliez Internet Explorer. J'ai également eu quelques galères avec Firefox. Aucun soucis par contre avec Chrome (et Chromium), ce qui est quand même la moindre des choses.

Concernant la chanson, c'est du Arcade fire tout craché. Pas forcément très original (pour eux) mais l'ensemble son/image marche vraiment très bien.

Enjoy.

++

PS : On peut même emmerder les oiseaux avec sa souris. Je sais qu'il y en a pour qui c'est important ;)

mercredi, septembre 1 2010

Soirée blues à la Cité des Congrès

Salut les jeunes,

Good news everyone ! John Mayall, légende du blues, passe par Nantes le mercredi 6 Octobre de cette année (2010 donc, pour ceux qui ne suivent pas).

Pour ceux qui ne le savent pas, le monsieur au timbre bien particulier est responsable, entre autres, d'un album mythique avec Eric Clapton (le type dont le pantalon remonte trop haut, sur la droite) :

Un petit extrait avec Hideaway.

Les places, au tarif unique de 36€, sont disponible chez ticketnet (et sûrement dans plein d'autres endroits moins cool comme les Fnac et les Leclerc).

L'autre bonne nouvelle (oui, good news signifie en fait bonne nouvelle en français) c'est qu'en première partie, vous aurez la chance d'écouter les Yardbirds ! Incroyable (avec l'accent de Cheval) !

Les Yardbirds, qui ont quand même vu passer Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page et sur les cendres desquels naitra Led zeppelin, versent également dans le blues tendance rock (ou l'inverse). Alors bien sûr, c'est une reformation, il ne reste plus grand monde de l'aventure originale (le guitariste rythmique et le batteur si je ne m'abuse) mais le changement n'est pas toujours un mal (le morceau devrait vous rappeler quelque chose ; on en profite même pour faire un petit clin d'œil au gros rigolo de l'émission Bouton rouge je-sais-pas-quoi dont tout le monde se souvient et qui s'amuse visiblement d'un rien).

Du bon son, parce que je le vaux bien :

"Et bim", les gros liens "tranquillou" :

Enjoy.

++

PS : Juste pour le plaisir, un petit Crocodile walk !

jeudi, août 19 2010

Dark side of the Moon en version 8 bits

Salut les jeunes,

Aujourd'hui, un jeune (ou vieux, je n'en sais rien) artiste (du nom de Brad Smith, si mes sources sont exactes) vous pose cette question :

Have you ever wondered what Dark Side of the Moon would sound like if Pink Floyd had written it for NES, instead of for a rock band?

Et comme c'est visiblement un type sympa, il vous donne même la réponse sur son site. Tout cela nous donne une refonte de l'album sus-cité en version 8 bits, pour un résultat "petit, jaune, différent". Le tout est téléchargeable en différents formats et également visible sur youtube :

  1. Speak to me / Breathe / On the run
  2. Time / Breathe reprise
  3. The great gig in the sky
  4. Money
  5. Us and them
  6. Any colour you like / Brain damage / Eclipse

En bonus une espèce de superposition du morceau On the run et de son "remix" auquel je ne capte présentement rien mais qui, une fois sobre, devrait me paraître géniale.

Enjoy.

++

lundi, août 16 2010

Fresh maggots - Rosemary Hill

Salut les jeunes,

En 1971, un obscur groupe du nom de Fresh Maggots sortait son seul et unique album. Ce disque, éponyme, contient un titre qui va particulièrement nous intéresser aujourd'hui : Rosemary Hill. Et pourquoi devrions nous nous y intéresser ? Eh bien parce que c'est sûrement une des plus belles chansons du monde ennnnnnnntier ! Je pense même qu'elle est susceptible de buter James Blunt. "Tranquillou".

Le reste de l'album est un peu plus classique mais mérite tout de même le détour. C'est toujours mieux qu'une bonne partie de la production actuelle.

Enjoy.

++

- page 1 de 2