Sweetsounds

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, octobre 12 2011

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHH !

vendredi, septembre 2 2011

Sick of it all à la Maroquinerie

Salut les jeunes,

Aujourd'hui une grosse écurie en concert : Sick of it all !

Après Madball le 12 juillet au Nouveau casino et Agnostic front à la Maroquinerie le 21 du même mois, c'est donc une troisième légende du hardcore new-yorkais qui va prendre possession d'une scène parisienne et plus précisément, encore une fois, de la Maroquinerie. Cela se passe le 25 octobre (soit le même soir que Maybeshewill à Glazart) et tout ça pour la modique somme de 25€. Petit bémol cependant, c'est un mardi soir. Prévoyez donc d'être en retard au boulot mercredi ;)

La date n'est pas encore officiellement listée sur le site du groupe mais gageons que ça ne saurait tarder !

Pour l'avoir vécu avec Agnostic front, je ne suis pas sûr que la configuration de cette (très bonne) salle soit vraiment adaptée à ce type de musique et de public. Je compterai les dents restées sur les marches délimitant la toute petite fosse à la fin du concert pour vérifier si je suis vraiment mauvaise langue ...

++

PS. Pour les incultes, Sick of it all c'est ça.

PPS. Let's celebrate that we don't give a fuck !

mardi, juin 28 2011

Maybeshewill

Salut les jeunes,

Aujourd'hui on va parler de mon nouveau coup de cœur du moment, les Maybeshewill. Un nom un peu obscur, merci d'en convenir. Mais ça tombe plutôt bien puisque, d'après les membres du groupe, il n'y a aucun sens à y chercher ... Le plus important restant le son, parlons en justement !

Loin des habituels clichés de la pop anglaise qui nous arrivent régulièrement d'outre-manche et qui commencent sérieusement à tourner en boucle, ce tout jeune groupe (2005) délivre ce qu'ils décrivent comme du rock instrumental teinté d'électronique. Alors oui, avec ça vous êtes bien avancés ... Pour ma part je tenterai de décrire la chose comme étant une sorte de (post-)rock aux arrangements électro-symphoniques. Oui, vous avez bien lu, SYMPHONIQUES ! Mais ne vous inquiétez pas, on est encore loin d'Epica ;)

Je dois dire que ce qui m'a le plus bluffé ce sont les ambiances que ces gaillards sont capables de poser en alternant grosses guitares et passages vraiment aériens où se mêlent piano, violons et autres machines, le tout souvent accompagné de dialogues samplés. Alors oui, c'est sûr, c'est souvent très mélancolique, voire carrément perturbant pour certains titres, mais bien souvent carrément magnifique.

Pour le moment j'accroche tout particulièrement à l'album Not for want of trying, paru en 2008.

  1. Ixnay on the autoplay
  2. Seraphim & cherubim
  3. The Paris Hilton sex tape
  4. I'm in Awe, Amadeus!
  5. We called for an ambulance but a fire engine came
  6. Heartflusters
  7. C.N.T.R.C.K.T.
  8. He films the clouds, pt. 2
  9. Not for want of trying
  10. Takotsubo

Premier bon point, la couverture de touuuute beauté. Ensuite, niveau son, pas grand chose à jeter. Je mettrais tout de même un peu de coté la piste numéro 6, Heartlusters, qui n'a juste rien, mais alors RIEN à voir avec le reste de l'album. Tant et si bien que j'ai d'abord cru que le morceau n'était pas le bon en écoutant l'album sur Lastfm et Grooveshark ! Alors que tout le reste est plutôt instrumental (hormis bien sûr les samples de films et quelques passages chantés, sur He films the clouds, pt. 2 notamment), on se retrouve ici avec une espèce de voix sortie tout droit des années 80. Peut-être une sorte d'hommage à Duran duran ... :D C'est d'autant plus d'hommage que l'instru est encore une fois de qualité. Je ne sais pas vraiment ce qui nous vaut cette erreur de casting évidente mais c'est clairement la seule fausse note de l'album.

Je parlais tout à l'heure de morceaux perturbants, tentez-vous justement le morceau titre au casque, juste pour voir.

Et comme en ce moment on est plutôt gâtés, le groupe part en tournée en fin d'année, dans l'optique de promouvoir leur tout nouveau et troisième album studio, I was here for a moment, then I was gone, sorti le mois dernier. Ils poseront leurs instruments sur la scène du Glazart le mardi 25 octobre 2011.

Pour finir, voici de quoi cliquer comme des fous :

++

jeudi, juin 23 2011

Flogging Molly : Sur disque et sur scène

Salut les jeunes,

Aujourd'hui, deux bonnes nouvelles pour les fans de Flogging Molly que vous êtes !

Tout d'abord, un nouvel album, à coté duquel j'étais complètement passé et qui date maintenant d'environ un mois. Il s'agit de leur cinquième album studio et comporte douze pistes, pour un peu moins de 45 minutes.

  1. Speed of darkness
  2. Revolution
  3. The heart of the sea
  4. Don't shut 'em down
  5. The power's out
  6. So sail on
  7. Saints & sinners
  8. This present state of grace
  9. The cradle of humankind
  10. Oliver boy (all of our boys)
  11. A prayer for me in silence
  12. Rise up

Flogging Molly s'illustrant, habituellement, dans un esprit relativement proche de celui des Dropkick Murphys (avec un son toutefois nettement moins électrique et plus folk), je me jetai bien évidemment sur ce nouvel opus comme un mort de faim ! Et je dois dire que la première écoute m'a beaucoup déçu. Le coté festif et celtique (Drunken lullabies, tout était dit !) qui fait que je suis le groupe depuis de nombreuses années maintenant se fait très discret. Le tout sonne un peu comme un punk rock propre et un brin mélancolique. Alors oui, il reste bien encore quelques hymnes pour irlandais alcooliques (Oliver boy (all of our boys)) mais le reste laisse clairement sur sa faim. L'album se fait d'ailleurs un peu tailler par la presse musicale qui estime que le groupe aurait vieilli plus vite que son publique. Cela dit, au fil des écoutes, le disque se laisse finalement apprécier et on finit par y revenir avec plaisir (léger). Après tout, moi aussi je vieillis ...

La seconde nouvelle est que cet album va s'accompagner d'une tournée digne de ce nom et d'une date parisienne au Bataclan. Samedi 26 novembre 2011 à 19h30, vous avez encore le temps de penser à prendre vos billets (et de vous inscrire sur la page Lastfm du concert) ! Pas de première partie annoncée pour l'instant, le concert ne figurant pas encore dans la liste des dates du site officiel (!) 8O On peut quand même imaginer que le Bataclan ne balance pas des dates au hasard à la Wayne's world (''Suffit de les engager et ils viendront'').

De quoi vous cultivez les yeux et les oreilles en attendant :

++

jeudi, juin 16 2011

Un album posthume pour Rory Gallagher

Salut les jeunes,

Il y a de cela quelques jours, le 14 juin pour être précis, nous commémorions le 16e anniversaire de la disparition de Rory Gallagher (je vous laisse faire le calcul).

Première question : Qui est (était) Rory Gallagher ?

Si vous ne connaissez pas la réponse à cette question, vous n'êtes sûrement pas digne d'être mon ami et je vous déteste. A moins bien sûr de savoir faire des trucs cool avec votre bouche, auquel cas je suis prêt à revoir mon jugement. Et donc, pour en revenir à votre interrogation première, le monsieur n'est ni plus ni moins qu'un des plus grands musicien/guitariste/compositeur/interprète de tous les temps. Il s'agit bien sûr d'une opinion personnelle mais, comme toujours, j'assume que mon avis prédomine sur tout. C'est un peu, pour ceux que ma vie intéresse toujours, celui qui m'a fait tomber dans le blues. Car oui, ici on parle bien de blues. De blues rock pour être plus précis, même si son œuvre ne se limite pas à ça (j'en veux pour preuve l'excellentissime I'm not awake yet qui ouvre l'album Deuce de 1971 et qui tend carrément vers la folk ainsi que le jazzy They don't make them like you anymore sur le Tattoo de 1973). Il fait partie des deux ou trois seuls guitaristes qui arrivent à me rendre tout dur et en remontrait carrément à n'importe quel guitar-hero relou et branleur ! Et je le clame haut et fort, pour moi, Rory tabasse Clapton tranquillou et c'est clairement à lui que revient le sobriquet de God. Clapton se réclamant également bluesman, le son de Gallagher est de loin le plus couillu et il n'y a pas de comparaison possible au niveau de l'énergie et de l'émotion qui peut ressortir de leur musique respective. Le blues ça doit sentir la sueur ! Et puis Rory c'était un vrai mec, un putain d'irlandais comme on les aime. Et ça, ça n'a pas de prix.

Une petite anecdote au passage pour vous la raconter en soirée (parce que ça fait toujours bien de dénigrer ce que tout le monde aime) : Un journaliste (car oui, c'est clairement une question "rédigée" par un journaliste) demanda un jour à Jimi Hendrix ce que cela faisait d'être le plus grand guitariste du monde. Et celui-ci de répondre : "Je n'en sais rien, allez demander à Rory Gallagher". Si ça c'est pas la classe...

Seconde question : Pourquoi je vous en parle ?

Parce que c'est cette date qu'a choisi son manager de frère (Donal de son prénom) pour sortir ce double album posthume qu'est Notes from San Fransisco.

Un double album donc avec un disque dédié à un album studio inédit et un second consacré, lui, à un live, inédit également.

Les titres du premier CD sont issus d'une séance d'enregistrement de 77-78 dans un studio de San Fransisco (d'où le titre). Gallagher, trouvant le processus de mixage trop compliqué (sic) abandonna l'idée de sortir l'album et dissout son groupe d'alors. Si le projet avait été mené à bien, cela nous aurait placé cet opus entre son Calling card de 1976 et le Photo finish de 1978. Rory aurait un jour dit vouloir voir ces titres paraitre mais seulement au prix d'un remixage préalable. C'est aujourd'hui chose faite puisque le tout est d'abord passé entre les mains du frère de son manager i.e. son neveu pour ceux qui ne suivent pas. Il ne s'agit en fait pas uniquement de titres totalement inédits puisqu'on y retrouve également des "nouvelles" versions de certains morceaux présents sur d'autres albums, comme B girl qui deviendra plus tard le Public enemy no. 1 de Top priority (1979).

  1. Rue the day
  2. Persuasion
  3. B girl
  4. Mississippi sheiks
  5. Wheels within wheels
  6. Overnight bag
  7. Cruise on out
  8. Brute force & ignorance
  9. Fuel to the fire

Plus, pour la version limitée :

  1. Wheels within wheels (alternative version)
  2. Cut a dash
  3. Out on the tiles

Le live du deuxième CD restitue, du moins en partie, une série de 4 concerts donnés au Old waldorf, toujours à San Fransisco (le titre est décidément bien trouvé !) en décembre 1979. L'idée était ici de mettre en valeur la raison pour laquelle l'album studio a été avorté : le groupe est réduit à trois acteurs et le son est plus brut, peut-être moins fouillé mais plein d'énergie. L'artiste cherchait à revenir à plus de "simplicité" et c'est ce qu'il ne trouvait pas lors de ce fameux enregistrement. La légende veut que cette envie soit en partie due à la claque qu'il aurait prise en assistant, toujours pendant l'enregistrement de l'album jusqu'ici inédit, à un concert des Sex pistols au Winterland ballroom (devinez où ...) Il est vrai que question simplicité, on peut difficilement faire mieux que le son des Pistols :D

  1. Follow me
  2. Shinkicker
  3. Off the handle
  4. Bought and sold
  5. I'm leavin'
  6. Tattoo'd lady
  7. Do you read me
  8. Country mile
  9. Shadow play
  10. Bullfrog blues
  11. Sea cruise

Aussi intéressant que soit le premier disque, c'est souvent en live que le son de Rory (car oui, on se connaissait bien, je l'appelle donc par son prénom) prend toute sa saveur. Le moindre de ses lives est donc à chérir et vénérer.

Et pour fini, les traditionnels liens que tout le monde aime :

Si ça intéresse quelqu'un, j'ai l'original à disposition. Enfin je l'ai acheté quoi ...

++

PS. Pour les pèlerins, sachez qu'il existe une rue Rory Gallagher à Ris-Orangis. Rue dans laquelle se trouve la salle de concert Le plan, dans laquelle il joua son dernier concert.

PS 2. Pour les curieux qui ne connaissent pas encore le bonhomme, voici une très très rapide sélection de quelques titres studio à écouter (fort) avant de mourir. Je n'ai pas mis de live, sinon j'aurais du tout mettre... Bonne écoute ;)

dimanche, avril 10 2011

A perfect circle : On the road again

Salut les jeunes,

2010-07-16 Stuff
...is happening.

C'est par cette news très parlante qu'A perfect circle (actuel meilleur groupe de tous les temps encore en activité) annonçait, en fin d'année dernière, la venue prochaine d'un nouvel opus. Il semble aujourd'hui que les choses se précisent encore un peu plus puisque le groupe sera sur les routes une bonne partie de l'été. Ne rêvez pas encore trop, seules des dates américaines et canadiennes ont pour l'instant été annoncées.

Autrefois particulièrement laid, le site du groupe arbore pour l'occasion un thème plus "aquatique". Un rapport quelconque avec l'album à venir ? Malheureusement, et comme pour le design précédent, le travail a sûrement été fait par le petit cousin du producteur et le résultat est encore une fois particulièrement dégueulasse. C'est sûr que ce n'est pas le plus important mais merde, quand même ! Vous pourrez également y admirer des vidéos sans intérêt et dépassant rarement les 15 secondes comme cette "parodie" de la vidéo Double rainbow ou bien cette espèce de daube où ils filment une tarte parce que c'est trop chouette, y a le logo du groupe dessus ...

Quelques liens pour vous occuper un peu en attendant le retour de la pluie :

++

mardi, février 8 2011

Primus à Paris en juin 2011

Salut les jeunes,

Décidément, en ce moment, les bonnes nouvelles s'enchainent à un rythme affolant. Ça en ferait presque trop ! Pourquoi je dis ça ? Eh bien, parce que ce matin, Les Claypool m'a envoyé un mail pour me dire que lui et son groupe (Primus, pour ceux qui ne suivent pas) seraient en Europe cette année et ce, pour la première fois depuis 1998. La tournée dont nous avions déjà parlé ici se voyant ainsi greffer quelques concerts supplémentaires. Ouh ! Mon sang ne fait qu'un tour, je me jète sur les dates dans l'espoir d'en repérer une en France et soudain, je la vois, là, au milieu de la liste : 6/22 Paris, FR La Cigale.

Ô joie :)

Notez donc que Primus sera à la Cigale le mercredi 22 juin 2011 et que les places seront mises en vente ce vendredi 11 février 2011. Il y a fort à parier qu'elles ne le restent pas très longtemps ...

Pour vous faire patienter, vous pouvez toujours vous inscrire sur la page de l'évènement sur lasftm. Et non, ça ne sert à rien :D

On se verra donc dans la salle ;)

++

mercredi, décembre 8 2010

The black angels : un album et deux concerts

Salut les jeunes,

Comme le disait Aaron Lewis, lorsqu'il se prenait pour Kurt Cobain (ce qui est tout de même un modèle relativement moyen passé 17 ans), it's been awhile ! Par contre je ne saurais dire pourquoi ce con l'écrit en un seul mot ... A while donc que je n'avais pas, de ma verve approximative, éclaboussé le mur déjà bien encrassé des chiottes du monde de l'auto-publication.

En ces temps de pas si grosses chaleurs, j'ai pensé qu'il serait de bon ton de coller à l'air du temps et de s'abandonner à la léthargie ambiante dans une orgie noire fluo orchestrée par les Black angels.

Qui sont donc ces jeunes Texans? Sont-ils d'abord vraiment jeunes ? En fait je n'en sais rien et je m'en fous royalement. L'important c'est qu'ils font du putain de bon son bien psychédélique comme on les aime. Mais attention, pas du psyché' de vieux hippie dégueulasse qui ne met pas de chaussettes dans ses mocassins, non non non, du son froid et moderne digne d'une bande de chevelus qui auraient perdu leur illusions sur l'amour libre et leur pouvoir de changer leur monde lorsque Lennon (dont nous fêtons aujourd'hui 8 décembre l'anniversaire de la disparition) déclarait "the dream is over". De la musique planante sans être naïve. Bref, la bande originale parfaite d'un retour de soirée en RER.

Pour info, juste au passage, et parce qu'il semble tout de même que ce soit des gens bien, le groupe tire son nom d'une chanson du Velvet.

Ma préférence va à l'album Passover, leur premier, datant de 2006, qui est, à mon gout, le plus ... apte à vous nous faire décoller (qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour ne pas répéter "planant" ...) C'est un avis qui semble être partagé car il s'agit du plus populaire sur lastfm. Et c'est donc celui auquel vous aurez le droit aujourd'hui.

Passover c'est donc un total de 10 pistes pour un tout petit peu moins d'une heure (58' 43) de musique :

  1. Young men dead – 5:32
  2. The first vietnamese war – 3:30
  3. The sniper at the gates of heaven – 4:16
  4. The prodigal sun – 4:23
  5. Black grease – 4:37
  6. Manipulation – 5:49
  7. Empire – 5:35
  8. Better off alone – 3:03
  9. Bloodhounds on my trail – 3:58
  10. Call to arms – 18:06

De mon humble avis, tous ces morceaux sont autant de tueries indispensables. Et s'il fallait vous en coller une dans l'oreille pour vous donner envie, tapez vous donc Young men dead de toute urgence. Empire devrait également faire du bien par où elle passe. Ainsi que ... oh et puis merde, écoutez tout ;)

Bim, les gros liens dans vot' gueule :

Et, par ce que ce sont décidément des mecs géniaux, ils seront bientôt en tournée dans toute la France avec notamment une date à l'Olympic de Nantes le samedi 12 février 2011, précédé le vendredi d'une autre à la Cigale, à Paris donc. Les places sont à, respectivement, 19€60 et 24€20.

Attention, nouvelle volée de liens :

  • La tournée sur ticketnet
  • La tournée sur lastfm (avec en bonus track les dates internationales)

Voilà, voilà ...

Et ce soir, on enjoy pas, on pleure John. Et ensuite on se suicide sur les Black angels. O'right ?

++

mercredi, septembre 1 2010

Soirée blues à la Cité des Congrès

Salut les jeunes,

Good news everyone ! John Mayall, légende du blues, passe par Nantes le mercredi 6 Octobre de cette année (2010 donc, pour ceux qui ne suivent pas).

Pour ceux qui ne le savent pas, le monsieur au timbre bien particulier est responsable, entre autres, d'un album mythique avec Eric Clapton (le type dont le pantalon remonte trop haut, sur la droite) :

Un petit extrait avec Hideaway.

Les places, au tarif unique de 36€, sont disponible chez ticketnet (et sûrement dans plein d'autres endroits moins cool comme les Fnac et les Leclerc).

L'autre bonne nouvelle (oui, good news signifie en fait bonne nouvelle en français) c'est qu'en première partie, vous aurez la chance d'écouter les Yardbirds ! Incroyable (avec l'accent de Cheval) !

Les Yardbirds, qui ont quand même vu passer Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page et sur les cendres desquels naitra Led zeppelin, versent également dans le blues tendance rock (ou l'inverse). Alors bien sûr, c'est une reformation, il ne reste plus grand monde de l'aventure originale (le guitariste rythmique et le batteur si je ne m'abuse) mais le changement n'est pas toujours un mal (le morceau devrait vous rappeler quelque chose ; on en profite même pour faire un petit clin d'œil au gros rigolo de l'émission Bouton rouge je-sais-pas-quoi dont tout le monde se souvient et qui s'amuse visiblement d'un rien).

Du bon son, parce que je le vaux bien :

"Et bim", les gros liens "tranquillou" :

Enjoy.

++

PS : Juste pour le plaisir, un petit Crocodile walk !

mardi, août 10 2010

Un 4 titres pour Primus

Salut les jeunes,

Primus n'est pas mort et vient (ou plutôt je viens de le voir) de mettre à disposition un nouveau EP sur son site. L'objet contient 4 pistes qui sont en fait des relectures de morceaux précédemment sortis et annonce une prochaine tournée en Amérique du Nord et en Australie. Pour le télécharger GRATUITEMENT, il suffit de se rendre sur le site officiel du groupe, de cliquer sur le lien en bas à droite et de suivre les instructions. Comme d'habitude il s'agit d'une adresse mail à confirmer.

La petite tracklist :

  1. Pudding time
  2. American life
  3. Duchess and the proverbial mind spread
  4. Harold of the rocks

Et les liens qui vont bien :

Et, même si ça n'a rien à voir et que c'est juste pour mon bon plaisir, la version live de Tommy the cat sur cette infâme merde qu'est Deezer.

Enjoy.

++

vendredi, juin 25 2010

Frank Fairfield

Salut les jeunes,

Aujourd'hui, gros coup de coeur pour un artiste que j'ai découvert tout à fait par hasard sur lastfm : Frank Fairfield.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser la photo ci-dessus, Franck n'est pas un tueur en série des années 20 mais bel et bien un artiste contemporain ! Grâce à sa musique, qu'il qualifie de "Old time folk", il nous ramène dans le Kentucky profond, au temps béni où un cadavre d'animal était un jouet tout à fait acceptable et où un banjo suffisait pour emballer en soirée.

Frank fait dans l'authenticité puisque la bandoulière de son banjo est une ficelle pourrie. Qu'il brûle des maisons de noirs dans les bayous, et je crie au génie. Celà sent les marais et la nostalgie à plein nez et on se prend à rêver, nous aussi, de descendre la rivière Cahulawassee entre amis. La scène de viol en moins, bien entendu ... (Gruik ! Gruik !)

Le principal défaut de cet accent joyeusement redneck est que, personnellement, j'ai un peu de mal comprendre les paroles. La poésie de morceaux tels que "I wish I was a mole in the ground" me reste alors inaccessible. Celà dit, le titre est déjà d'une telle beauté :)

L'autre chose intéressante est que ce garçon sera en concert à Nantes au mois de Septembre ! Le mercredi 22 pour être exact. Celà se passe au bar Le Violon Dingue, 1 Rue Lebrun, tout près d'un ancien autre haut lieu des nuits nantaises, le Chez Biroox, qui a déménagé depuis.

Les liens qui vont bien :

  • le myspace du monsieur avec du son et des vidéos où Frank maltraite son banjo comme un malade, le visage illuminé de bonheur ;
  • L'album sur amazon.fr ;
  • Le billet d'un blog sur lequel deux titres sont téléchargeables (que je trouve un peu inférieurs à ceux du myspace).

Enjoy.

++

jeudi, juin 24 2010

Encore un nouvel album pour Eels

Salut les jeunes,

Il semble que, maintenant qu'il n'est plus sans arrêt dérangé par les décès des membres de sa famille, E passe tout son temps à écrire, que ce soit des chansons ou des blagues sur sa barbe. C'est donc après Hombre lobo et End times que nous est annoncé le nouveau Tomorrow morning, prévu pour le 24 août 2010.

L'album décrit comme "enjoué, "tonique", "électronique" et "chaud" devrait comporter les 14 pistes suivantes :

  1. in gratitude for this magnificent day
  2. i'm a hummingbird
  3. the morning
  4. baby loves me
  5. spectacular girl
  6. what i have to offer
  7. this is where it gets good
  8. after the earthquake
  9. oh so lovely
  10. the man
  11. looking up
  12. that's not her way
  13. i like the way this is going
  14. mystery of life

En lisant les différents titres, on se dit que le ton est donné : le monsieur est heureux. Une impression comfortée par les sentiments de l'auteur exposés ici. Vous pouvez également, sur cette page, télécharger la 11e piste de l'album, à savoir Looking up. Comme d'habitude, on fournit une adresse mail et vous envoit un lien de téléchargement.

Il va sans dire que je me suis jeté sur cette opportunité afin de vous (enfin te ;) ) livrer mes impressions nocturnes. Attention ... play !

Une boucle au piano, une ligne de basse discrete, un tambourin, des gens qui tapent dans leurs mains, une accoustique un peu particulière ... On se croirait dans une église ! Viendront plus tard une batterie puis une timide guitare rythmique. Le rythme justement s'accélère un peu avant le milieu de la chanson à partir du moment où le piano se fait plus présent. E pousse alors des cris stridents et répète "I'm looking up" et on a l'impression de revoir la scène de James Brown dans les Blues brothers :D C'est un peu WTF mais au final, plutôt entraînant et plein de ferveur. Comme souvent avec Eels, la première écoute me laisse une impression un peu mitigée mais après plusieurs passages, je suis conquis.

On attendra donc la suite avec impatience.

Disponible également sur le site du groupe, les dates de concert pour cet été : ici. Une date seulement prévue en France, le 29 août au festival Rock en Seine. D'habitude je reste assez dubitatif quant à l'intérêt et surtout à l'impact qu'une musique aussi intimiste que celle de Eels peut avoir sur une foule de plusieurs milliers de personnes alcoolisées mais cet album pourrait être plus taillé pour le live que les autres. Celà dit, ces fameux autres ont quand même toujours inclus quelqu'unes des chansons les plus entraînantes qui soient.

Enjoy.

++

mardi, avril 20 2010

Brian Jonestown massacre à L'Olympic de Nantes

[Edit du 21/04 : Le concert est malheureusement complet :/]

Salut les jeunes,

Pour information, l'Olympic accueille d'ici 5 jours (le 25 Avril donc), le Brian Jonestown Massacre.

Je vois déjà la question fatidique poindre au bord de vos lèvres purpurines : Qui sont ces gens ?

Souvent classés du côté des psychédéliques, les BJM sont, pour moi, avant tout des gros cons totalement défoncés qui se mettent sur la gueule au milieu de leurs concerts. La preuve ici. Mis à part ça, ils font quand même de la bonne musique :

Comme toujours avec l'Olympic, le prix est très raisonnable (19€60) donc aucune raison de ne pas en profiter.

Les liens qui vont bien :

En espérant vous voir sur place (sauf toi là, ouais, toi, avec la moustache dégueulasse !),

++

PS : Comme un peu de culture générale ne fait pas de mal : Brian Jones et Jim Jones. On ne sait jamais, des fois que ça vous aiderait à briller en société. J'ai toujours pensé que les suicides de masse étaient un thème que l'on n'abordait que trop peu.

PPS : Il est à noter que l'extrait de "concert" précité est en fait tiré du documentaire Dig ! qui illustre la pseudo rivalité qui existe en BJM et les Dandy Warhols. Le film est vraiment à voir, non pas franchement pour la musique mais plutôt parce que c'est totalement hilarant. Il est dispo ici (en DVD, si vous avez 10€) ou ici (sur PirateBay).

Pour conclure je me permettrais de citer un des commentaires sur PirateBay qui résume très bien pourquoi vous devriez le voir : Great documentary! Anton seems to be THE biggest asshole around, and he's clearly not much of a songwriter (I love the B.J.M. sound though), so it is a lot of fun to watch him disintegrate on film. Love the tambourine man!

jeudi, avril 15 2010

Dropkick Murphys - Live on Lansdowne, Boston MA

Salut les jeunes,

Un petit billet pour vous signaler la sortie d'un nouveau live des toujours excellents Dropkick Murphys : Live on Lansdowne, Boston MA. Comme leur premier live, ça se passe chez eux (Boston) et à la Saint-Patrick donc ça s'écoute fort et avec une bière.

Pour les connaisseurs, voici la setlist qui va bien :

  1. Famous for nothing
  2. The State of Massachusetts
  3. Johnny, I hardly knew ya
  4. Time to go
  5. Sunshine highway
  6. Flannigan’s ball
  7. Bastards on parade
  8. God willing
  9. Caught in a Jar
  10. Captain Kelly’s kitchen
  11. Citizen C.I.A.
  12. Fields of Athenry
  13. Your spirit’s alive
  14. The warrior’s code
  15. The dirty glass
  16. Tessie
  17. Forever 2009
  18. Worker’s song
  19. Kiss me, I’m shitfaced
  20. I’m shipping up to Boston

Plein de gros morceaux dedans et ça fait du bien par où ça passe (That's what she said). Le premier live date de 2002 et ils avaient, depuis, eu le temps de sortir 3 albums à classer parmi leurs meilleurs alors autant dire que ce nouveau cru était attendu.

Quelques titres à écouter en priorité :

  • Johnny, I hardly knew ya
  • Flannigan's ball
  • Bastards on parade
  • Captain Kelly’s kitchen
  • Fields of Athenry
  • The dirty glass
  • Kiss me, I’m shitfaced

Une toute petite (mais en fait énoooooorme) déception : Où est la tuerie ultime de toutes les soirées arrosées: Amazing grace ??

Une autre, plus compréhensible cette fois, est l'absence de Ronnie Drew qui chante avec eux sur la version album de Flannigan's ball. Je dis compréhensible parce qu'en fait il est mort ... On l'excusera.

Et pour finir, quelques liens en vrac :

Let's go Murphys !